L'histoire

Le Phare a été conçu pour une famille de 5 personnes cherchant à déménager d’un milieu rural, dans une maison moderne de rêve. C’est une maison urbaine de 4500 pieds carrés dans la nouvelle ville de Lindenlea à Ottawa, adjacente à « l’ancienne communauté fortunée de Rockcliffe Village. » Étant donné que le site en forme de rein est calé entre le stationnement du centre communautaire au sud-ouest et un escarpement boisé de 40 pieds au nord, il présentait ainsi des défis et des occasions uniques de coordonner une vue à un désir de lumière. La façade vitrée au départ était par conséquent orientée vers le nord, assurant ainsi l’intimité au côté sud tout en permettant à l’espace d’être rempli d’une lumière diffuse. L’orientation répondait aussi aux préoccupations de surchauffe en été. Les fenêtres verticales le long du côté sud permettent à des flots de lumière d’entrer en profondeur dans la maison et dans l’obscurcissement de la vue indésirable du stationnement.

" Formé par les conditions uniques du site et le mode de vie d’une famille moderne très occupée…"

La conception est basée sur un « empilement vertical d’espaces ouverts et fermés ainsi que de détails minimaux qui établissent une hiérarchie ascendante d’espaces sociaux et privés. » Évasées autour d’un escalier d’acier et d’érable en spirale qui s’élève dans une cage de verre verticale se trouvent des pièces qui respirent la légèreté et un sens de connectivité. « La grande entrée latérale avec un sol de calcaire crée un généreux « espace perdu » » pour les jeunes adolescents qui mène ensuite à une cuisine ouverte et une salle à manger. L’élégant cabinet d’Irpinia est « neutre en termes de teinte et est spatialement défini par un grand îlot recouvert de granit avec une rallonge inférieure à hauteur de table » pour s’étendre en faisant ses devoirs ou se réunir pour se socialiser. L’espace est caractérisé par une vue sur le feuillage extérieur et des luminaires suspendus Mooi qui font baisser le sens d’échelle et adoucissent les volumes rectilignes et nets.

La grande salle surélevée, avec son haut plafond de 22 pieds, son plancher d’érable chauffé par radiation et ses murs blancs nets est épurée et absente de luminaires visibles. Cette pièce met en valeur l’art et facilite la conversation. Du sol au plafond, des fenêtres de qualité commerciale enveloppent le coin nord de la salle, étendant l’espace jusque dans la forêt située au-delà. La cheminée à deux faces qui protège l’entrée principale fournit un « phare de chaleur accueillant les nouvelles arrivées lors d’une nuit froide » et remplit le salon d’une lueur espiègle. « Le deuxième étage a un palier important qui entoure la cage d’escalier et sert de chambre aux enfants, de salle de bains et de loft bureau donnant sur le salon à double hauteur. Le dernier niveau est une suite parentale de style Boutique-Hôtel, complétée par une terrasse sur la toiture avec spa et des espaces pour travailler, lire et dormir.

Formé par les conditions du site uniques et le style de vie d’une famille moderne occupée, le Phare répond au besoin d’intimité autant que de connectivité. Il équilibre la fraîcheur avec la chaleur, établit le contraste entre nature et urbain et célèbre une oasis rurale rare à l’intérieur du centre de la ville d’Ottawa.

Crédits
Plans de travail : Douglas Hardie Architect Inc.
Construction: The Lake Partnership
Photographie: Christian Lalonde
Texte cité : Rhys Phillips, Canadian Interiors, Sept/Oct 2010 edition