L'histoire

Le parc McKellar d'Ottawa, développé dans les années 50, a émergé en tant que banlieue proche très recherchée avec des arbres matures, des espaces verts et un mélange plaisant mais éclectique de maisons à 2 étages principalement. Le mandat pour la résidence de la rue Wavell était de remplacer quelques maisons de longue date, mais problématiques structurellement, par une nouvelle conception reflétant l'individualité des maisons du voisinage sans toutefois y provoquer un choc majeur. Cohérente avec l'approche de Linebox, la nouvelle maison se concentre moins sur le fait d'être un objet architectural unique que de respecter son contexte; répondant pleinement aux besoins et désirs de vie de ses habitants.  

Les clients, habitant des "nids vides", avec un goût pour la conception cool et une vive perception de l'espace, appréciaient l'importance de l'ouverture et de la lumière naturelle. De plus, étant donné les fréquents dîners ou soupers, le coeur de la résidence doit donc être la cuisine. Par conséquent, une série intégrée de volumes animés entoure un intérieur qui est sculpté à la fois verticalement et horizontalement. En dehors d'un couloir d'entrée et d'un vestibule très fonctionnels nichés le long du mur sud et allant de l'entrée à la porte arrière, le 1er étage reste complètement ouvert. Cette ouverture assure un plein engagement entre le chef au travail et les invités, avec comme seul intermédiaire une grande île recouverte de béton avec des planches à découper en bois intégrées. Cette cuisine très bien équipée se tient sous un généreux bureau-mezzanine ouvert juste au-dessus alors que le volumineux salon de 2 étages est surmonté d'un puits de lumière.

L'architecture, a déclaré le grand concepteur suisse Le Corbusier, est " un assemblage de formes dans la lumière" et, à la résidence Wavell, la lumière naturelle joue un rôle vital. Une grande fenêtre du côté est de la rue accueille à la fois le soleil du matin et assure que la maison présente une ouverture à la communauté. Le jour passant, les hautes fenêtres sur le mur nord de 2 étages permettent l'intimité tout en taquinant dans la lumière fraiche du nord agrémentée de la lumière naturelle du puits de lumière. Une grande fenêtre côté ouest donnant sur le jardin prend la responsabilité d'attraper la lumière tardive de l'après-midi et celle du soir. Par temps chaud, une terrasse sur le toit, accessible par un escalier fermé séparant la chambre principale du loft, est le refuge parfait pour se détendre lorsque le crépuscule tombe.

Il y a une fantaisie décontractée à la fois dans l'intérieur fluide et baigné de lumière de Wavell et son approche robuste de la rue. Vu de cette dernière, la hauteur et la largeur de la maison s'insèrent respectueusement dans le voisinage. En revanche, une toiture plate et un mélange espiègle de lignes verticales et horizontales de volumes de cèdre teint et non teint établit clairement sa propre identité moderniste.

Crédits
Construction: The Lake Partnership
Photographie: DoubleSpace Photographie